Catalogue de l’exposition "Noirs dessins du communisme : Caricature et dessin politique dans la presse communiste du XXe siècle"

À l’occasion de l’exposition Noirs dessins du communisme : caricature et dessin politique dans la presse communiste du XXE siècle organisée au Palais du Grand Curtius de Liège (février à avril 2017), le bulletin des musées de la Ville de Liège lui a consacré un numéro hors série.
Retrouvez-y une sélection des dessins présentés, assortie des légendes et explications relatives à cette expo.

La caricature vise à faire rire ou du moins à ironiser. Le Parti communiste de Belgique (PCB) attaque le trône, l’Église, le militarisme, le droite, le patronat et les socialistes, mais jamais les dirigeants syndicaux. Ce que n’hésite pas à faire la presse maoïste qui s’en prend aussi au PCB et à l’URSS. Le dessin politique, de son côté, revêt parfois un aspect lyrique, voire tragique, quand il exprime par son esthétique la solidarité avec les opprimés.
La presse communiste, au sens large, n’ pas recouru systématiquement à l’illustration graphique. À certaines périodes, la présence de dessins n’est liée qu’à la rencontre très éphémère avec le communisme d’artistes ou d’amateurs qui ont un bon coup de crayon.
Le Drapeau rouge est alimenté par des graphistes pendant les années 1920. La Voix du peuple, le quotidien lancé en 1936, est pauvre en dessins, il reprend de temps en temps des caricatures françaises de L’Humanité ou de la presse soviétique. Au début des années 1950, Le Drapeau rouge publie une caricature quotidienne de Didier Geluck (alias Diluck) mais à partir de 1954, accaparé par ses obligations professionnelles, celui-ci ne dessine plus qu’occasionnellement. Il n’est pas remplacé. Le Drapeau rouge magazine du week-end comporte une page de dessins humoristiques qui n’ont rien de politique. Dans sa version hebdomadaire des années 1960, Le Drapeau rouge ne publie pas de dessins, mais l’édition quotidienne à partir de 1972 reçoit le renfort d’une jeune équipe très prolifique. Le journal achète en outre la série anticléricale Les Pèlerins que Jost avait bien de la peine à placer dans la presse commerciale. Dans les journaux de la jeunesse et dans les bulletins de sections ou de cellules, tout dépend de la participation militante de caricaturistes. Des dessinateurs de talent prêtent aussi ponctuellement leur crayon à la presse trotskiste et à celle d’AMADA-TPO. Dans cette exposition, caricatures et dessins sont présentés au travers de cinq thématiques :

  1. L’adversaire politique, le trône et l’autel
  2. La société en question
  3. Guerre à la guerre !
  4. Prolétaires de tous pays, unissez-vous !
  5. La gauche contre la gauche

Une exposition du Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches (CHSG) de l’ULB, du Centre des Archives du Communisme en Belgique (CArCoB), de l’Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale (IHOES) et du Mundaneum. Avec le soutien de la Formation Léon Lesoi (FLL) et la participation de l’Institut d’Études marxistes (INEM) et des Archives de Solidaire.

 
PDF - 485.5 ko
Édito, par Jean-Pierre Hupkens
PDF - 492.7 ko
Table des matières (pdf)
 
  • Editeur : Ville de Liège
  • Date partution : 2017
  • Nombre de pages : 63
  • Prix : 2,00 EUR (Frais de port non compris)
  • Référence : Liège Museum, bulletin des musées de la Ville de Liège, hors série n°5, février 2017

Retour à la liste